Au Spi Ouest-France, Maurice Le Men, 90 ans, l’emporte haut la main !

A 90 ans, Maurice Le Men remporte le Spi en IRC B avec son fils Emmanuel. Une bien belle histoire. | DAVID ADEMAS / ©OUEST-FRANCE

Avec son fils, Emmanuel, l’ancien meunier passionné de régates, Maurice Le Men, a fait des étincelles en IRC 2 à bord de Pen Koent. Leur bête de course, basée au Port d’Armor, empoche les cinq manches !

L’histoire

Vous connaissez tous la chanson, Meunier tu dors, ton moulin, ton moulin … Va pour ce refrain d’un autre temps. À La Trinité-sur-Mer, Maurice Le Men, originaire de Pléneuf-Val-André dans les Côtes-d’Armor, ancien meunier, n’a qu’un vœu : batailler sur l’eau pour l’emporter. Pas question de s’endormir donc.

Batailler jusqu’au bout, c’est ce que Maurice et son équipage viennent de réaliser sur ce 41eSpi Ouest-France – Destination Morbihan. Cinq manches sur cinq en poche en catégorie IRC. Une vraie victoire saluée haut et fort ce lundi après-midi, 22 avril 2019, lors de la remise des prix.

À bord de Pen Koent, Maurice Le Men était à son affaire. Dans l’équipage, son fils Emmanuel, Michel et Céline, autres membres de cette grande famille qui aime en découdre autant sur terre que sur mer. « La moitié de notre famille gère plutôt une écurie de chevaux de courses ; de notre côté, c’est plutôt la voile. »

Reste que Maurice et sa famille s’y retrouvent en matière de compétition. « C’est vrai, j’ai 90 ans, mais j’aime toujours la régate, virer à la bouée. J’aime quand ça bastonne. »Toujours aux avant-postes, l’ancien meunier a sa spécialité. « A l’avant, toujours pour manœuvrer, hisser et affaler le spi »

Les conditions de vent pour cette édition n’ont pas désarçonné l’équipage de Pen Koent .« C’était très, très technique, analysent Maurice et son fils. Mais c’était une belle édition. »

Maurice avec son fils, Emmanuel, ce lundi à La Trinité-sur-Mer. Ils viennent de l’emporter en équipage au Spi. | OUEST-FRANCE

Une barque près du moulin…

Maurice Le Men totalise trente Spi Ouest-France au compteur. Et l’a déjà emporté plusieurs fois. Il sait qu’à son âge, cette nouvelle victoire est aussi celle de la pugnacité, du plaisir sans frein de naviguer, encore et encore.

Une passion pourtant née sur le tard. « Moi je n’y connaissais rien en voile. Ce n’était pas mon métier… Mais sur la rivière, près du moulin, il y avait une petite barque. Mes enfants en ont fait un petit voilier, puis ont appris à naviguer, à régater. Ils m’ont initié. »

Et Maurice est devenu skipper. Multipliant les courses en Bretagne-sud et nord. Jusqu’en Angleterre où son bateau, sa bête de course emmenée aujourd’hui par son fils, peut se targuer d’avoir été sacré vice-champion d’Europe en IRC2.

« Au Spi, il fallait que je gagne avec Pen Koent . C’est fait ! lâche Maurice. Et on a explosé le score. Je ne sais pas si je reviendrai l’an prochain, pas sûr… » Emmanuel, son fils, l’interrompt : « Tu disais déjà ça l’an passé papa ! »

Maurice et Emmanuel Le Men